Trois fois la fin du monde

« Prologue – octobre 2016
Augustin est assis en tailleur sur le tapis.
Elle s’asseyait toujours en tailleur. Partout. Sur les chaises, les fauteuils. Les canapés. Et par terre, évidem¬ment.
Il y a du soleil dehors. Doux. Un chuchotement de lumière.
Il appuie son dos contre le canapé. S’enfonce dans le tapis qui n’est pas profond. Une scène de chasse. Un tapis en laine. Et en soie. Un tapis sublime. Celui de leur mariage. La soie pour le bleu et le turquoise. Des arabesques. Des animaux qui ondulent. Des cavaliers avec de longues lances. Il est pieds nus. La douceur du tapis lui fait du bien.
Il a mis de la musique.
Les moulins de mon coeur.
Qu’il écoute les yeux fermés. »

Esmeralda

« Prologue – octobre 2016
Augustin est assis en tailleur sur le tapis.
Elle s’asseyait toujours en tailleur. Partout. Sur les chaises, les fauteuils. Les canapés. Et par terre, évidem¬ment.
Il y a du soleil dehors. Doux. Un chuchotement de lumière.
Il appuie son dos contre le canapé. S’enfonce dans le tapis qui n’est pas profond. Une scène de chasse. Un tapis en laine. Et en soie. Un tapis sublime. Celui de leur mariage. La soie pour le bleu et le turquoise. Des arabesques. Des animaux qui ondulent. Des cavaliers avec de longues lances. Il est pieds nus. La douceur du tapis lui fait du bien.
Il a mis de la musique.
Les moulins de mon coeur.
Qu’il écoute les yeux fermés. »

Maternité

« Prologue – octobre 2016
Augustin est assis en tailleur sur le tapis.
Elle s’asseyait toujours en tailleur. Partout. Sur les chaises, les fauteuils. Les canapés. Et par terre, évidem¬ment.
Il y a du soleil dehors. Doux. Un chuchotement de lumière.
Il appuie son dos contre le canapé. S’enfonce dans le tapis qui n’est pas profond. Une scène de chasse. Un tapis en laine. Et en soie. Un tapis sublime. Celui de leur mariage. La soie pour le bleu et le turquoise. Des arabesques. Des animaux qui ondulent. Des cavaliers avec de longues lances. Il est pieds nus. La douceur du tapis lui fait du bien.
Il a mis de la musique.
Les moulins de mon coeur.
Qu’il écoute les yeux fermés. »

Retour sur le 1er mai 2019 : Lettres frontière au Salon du livre de Genève

Le mercredi 1er mai 2019 à 15h a eu lieu sur la Scène suisse du Salon du livre de Genève un dialogue entre Carine Fernandez, lauréate française 2018, Eugène, lauréat suisse 2008, et Max Lobe, auteur anciennement sélectionné et modérateur, autour de leurs expériences respectives du Prix Lettres frontière et du circuit de rencontres-lectures dans…

Nafasam

« Prologue – octobre 2016
Augustin est assis en tailleur sur le tapis.
Elle s’asseyait toujours en tailleur. Partout. Sur les chaises, les fauteuils. Les canapés. Et par terre, évidem¬ment.
Il y a du soleil dehors. Doux. Un chuchotement de lumière.
Il appuie son dos contre le canapé. S’enfonce dans le tapis qui n’est pas profond. Une scène de chasse. Un tapis en laine. Et en soie. Un tapis sublime. Celui de leur mariage. La soie pour le bleu et le turquoise. Des arabesques. Des animaux qui ondulent. Des cavaliers avec de longues lances. Il est pieds nus. La douceur du tapis lui fait du bien.
Il a mis de la musique.
Les moulins de mon coeur.
Qu’il écoute les yeux fermés. »

13 mars 2019 : parution du nouveau roman de François Darracq

Les griffes du passé a été publié chez Terre d’Histoires le 13 mars 2019 La petite ville de Saint-Victor est en effervescence. Huit ans après la guerre, c’est l’heure du rapprochement entre la France et l’Allemagne. Désormais jumelée avec Riedenfeld, en Bavière, la cité champenoise va recevoir une délégation de conseillers municipaux allemands. Marcel Rivier, adjoint…