Vous êtes ici : Accueil » Prix Lettres Frontière » 24e Sélection » L’effroi

L’effroi (Auvergne-Rhône-Alpes)

Le livre

L’effroi, c’est ce qui saisit Sébastien Armant quand, lors d’une soirée de première à l’Opéra Garnier enregistrée par la télévision, un 20 avril – date anniversaire de Hitler –, Louis Craon, chef d’orchestre de renommée internationale, avant d’attaquer l’ouverture de Così fan tutte fait le salut nazi. Face à ce geste stupéfi ant, Sébastien Armant
se lève et, son alto sous le bras, quitte la scène. Sa réaction entraine celle des autres musiciens de l’orchestre, obligeant le chef à quitter le pupitre.
L’effroi, c’est ce qui saisit le lecteur qui découvre de quelle manière ce geste fait basculer irrémédiablement la vie de cet « homme qui a dit non ».

 

L’auteur

François Garde est diplômé de l’ENA en 1984, et il va occuper plusieurs postes : secrétaire général adjoint en Nouvelle-Calédonie (1991-1993), administrateur des Terres
australes et antarctiques à l’île de La Réunion (2000), membre du Cabinet du ministre de l’Outre-mer (1998-1999), directeur de la station de Val d’Isère.
Ces nombreux voyages vont nourrir son écriture romanesque et ses débuts ont été salués par la critique unanime. Il est vice-président du tribunal administratif de Dijon puis de Grenoble. Haut-savoyard d’adoption, il habite au pied du Mont-Blanc.

 

 

 

Éléments de bibliographie

  • Ce qu’il advint du sauvage blanc
    Gallimard, 2012
  • Pour trois couronnes
    Gallimard, 2013
  • L’effroi
    Gallimard, 2016

 

J’aurais aimé ne vous parler que de musique: mes doigts sur les cordes; cette forme particulière de bruit qu’on appelle le son; les respirations qui se rejoignent et se fondent; le corps tout entier frissonnant dans l’attente; le silence qui change de nature; le regard qui s’enfuit; le vide intérieur si beau, tout en déséquilibre, tout entier tendu, juste avant la première note.