Vous êtes ici : Accueil » Prix Lettres Frontière » 24e Sélection » Le Français de Roseville

Le Français de Roseville (Auvergne-Rhône-Alpes)

Le livre

Un roman qui nous plonge cinquante ans en arrière dans l’Algérie d’avant l’indépendance à un moment où toutes les tensions sont exacerbées. Ce récit nous fait voyager dans l’espace et le temps, entre Oran et Marseille, entre les années soixante et nos jours.
Le commissaire Kémal Fadil appelé sur un chantier, découvre des restes humains mis à jour lors de travaux. Il nous fait revivre à travers son enquête les dernières années de la présence française en Algérie mais aussi son évolution et les liens forts qui unissent les deux pays malgré les blessures pas toujours cicatrisées. C’est un roman sociologique, une analyse pertinente, juste et sans parti pris. En creux l’auteur évoque le rôle de l’islamisme qui pèse sur une société.

 

L’auteur

Né en 1965 à Oran, en Algérie, où il a vécu jusqu’à l’âge de 25 ans. Il a obtenu une licence de traducteur à l’université d’Oran en 1988 puis la décennie « noire » s’annonça à l’horizon. En 1990, il émigre à Paris et s’inscrit en maîtrise d’Espagnol à Paris IV Sorbonne. Il obtient la nationalité française en 1995. Après avoir exercé divers métiers et vécu en plusieurs endroits, il se fixe dans la Drôme en 2001 et choisit finalement de devenir enseignant, contractuel.

 

 

 

Éléments de bibliographie

  • Le Français de Roseville
    L’Aube, 2016
  • Le désert ou la mer
    L’Aube, 2016
  • Gymnopédie
    pour une disparue
    L’Aube, 2017

 

ORAN MAI 2013.
Dés que Kémal Fadil arriva sur les lieux, il comprit immédiatement qu’il devait renvoyer tous les ouvriers du chantier, sauf le conducteur de l’enfin qui avait fait la trouvaille. En tant que commissaire de police du district de la Marine dont dépendait le vieux quartier espagnol où la découverte avait eu lieu, il était automatiquement en charge de l’affaire. Jusque-là, il travaillait sur le vivant, voire sur du mort de fraîche date. Avec cette a aire, il subodorait de l’historique, du paperassier; il craignait les complications… et tout le reste.